Le flux RSS du Web@zar
Sponsorisez ma Yamaha XT500 pour le Dark Dog Moto Tour 2012
Blogs > Le Rallye de la Sarthe 2011 en XT500
 
Récit de ma préparation et de ma participation à la 54ème édition du Rallye de la Sarthe.
Deuxième rallye pour ce qui me concerne, puisque j'ai inauguré ma "carrière" en rallye routier sur le même rallye l'an dernier.
Compte-rendu de ma participation au Rallye de la Sarthe 2011

L'inscription

Tout commence, en début d'année 2011, où je scrute avec anxiété le site web du Rallye de la Sarthe pour voir quand les inscriptions sont ouvertes. En fait, pas la peine de flipper, les zorgas envoient un mail aux anciens inscrits donc, comme j'ai participé l'an dernier, le fameux mail débarque dans ma boite et, sitôt dit, sitôt fait, mon inscription repart aussi sec à l'envoyeur. C'est que j'ai envie de revivre l'expérience de 2010 et que je ne veux rater ça pour rien au monde !!!

La préparation

Voilà une première étape franchie, il ne reste plus qu'à préparer ma bécane, une Yamaha XT500 qui vient dignement de fêter en décembre 2010 ses 30 ans de bons et loyaux services et qui sera donc engagée en Anciennes. L'an dernier, j'avais eu quelques misères avec un éclairage un poil faiblard, je prends donc le taureau par les cornes et j'équipe miss XT d'un phare de SR500, beaucoup plus gros et plus efficace que le phare d'origine.

Il faut aussi que je trouve une solution pour pouvoir disposer d'un phare additionnel Xenon qui tienne plus quelques minutes. Je revois donc toute l'installation de la batterie sous la selle et j'arrive enfin à faire loger une batterie 12 Ah à la place de la batterie 3 Ah d'origine. La moto ainsi équipée, je peux faire un premier test de nuit, lors d'une balade de 250 km dans la région rennaise et je constate, avec joie et bonheur, que mon éclairage avec LP Xenon fonctionne au moins pendant 3 heures. Ca progresse, ça progresse...

Je m'attaque ensuite au sujet dérouleur pour améliorer la solution que j'avais l'an dernier. Le dérouleur que j'avais fabriqué étant un poil petit, j'en fabrique un plus gros. Après plusieurs essais, j'arrive à une solution satisfaisante, mais finalement, quelques jours avant le rallye, je craque et m'achète un dérouleur Touratech électrique. N'ayant pas beaucoup de temps pour l'installer dans une position où il serait dans mon champ de vision, je l'installe sur la barre du guidon et roule ma poule...

Vendredi 1er avril : les reconnaissances

Réveil aux aurores, je découvre un joli poisson d'avril en papier sur la table du petit-déj, le fiston a pensé à son pôpa qui part pour 3 jours de moto, j'embarque donc le petit poisson avec moi, comme un joli porte-bonheur.

La route de Rennes à La Suze se déroule sans histoire et j'arrive avec ma remorque, joliment baptisée La Fricatelle, sur un paddock déjà bien rempli et où les participants se réveillent gentiment. Le temps n'est pas vraiment au beau fixe, il bruine et l'ambiance est maussade. Je patiente quelques instants et vois arriver Fred (n° 460), Carl (n° ???), Cédric (n° 86), Stéphane (n° ???) et Wulf (n° ???) qui m'ont accepté dans leur bande pour ce rallye et avec qui je vais partager le paddock. Merci à vous, les gars !!!

Nous nous préparons tranquillement et, vers 11:00, on lève le camp pour une série de recos : le routier non fléché, les 2 spéciales. J'emmène le groupe, via le routier prévu, jusqu'au Bugatti et, ensuite, Fred nous emmène sur le routier non fléché qui se révèle peu piégeux à suivre. Il ne comporte pas d'intersections bizarroïdes et on arrive au CH avec 5 bonnes minutes d'avance, il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter pour le lendemain. Les routes empruntées donnent un avant-goût du routier fort sympathique qui nous attend pour le lendemain : petites routes au revêtement assez "varié", avec beaucoup de virages à angle droit. Ca virole quasiment tout le temps, sans traverser trop de villages, on arrive à maintenir un bon rythme sans être obligé de rouler vraiment vite.

Arrivés sur la spéciale de Courceboeufs, nous retrouvons d'autres concurrents avec qui nous effectuerons 4 ou 5 montées, je ne sais plus. La spéciale de Courceboeufs est en 2 parties. Une première partie plutôt rapide où le revêtement est globalement correct et les virages doivent pouvoir se prendre rapidement. Ensuite, à partir d'un virage à gauche à angle droit au bout d'une belle ligne droite, on entame une série de virages à angle droit séparés de courtes lignes droites, le tout entre 2 haies qui cachent toute visibilité sur la sortie du virage. Une fois extrait de cet espèce de labyrinthe, on arrive sur un segment qui ressemble à une ligne droite, mais n'en est pas une et qui commande l'arrivée sur le dernier virage à angle droit à gauche avant la ligne d'arrivée. Elle me plait moyennement cette spéciale, je la trouve trop rapide pour miss XT dans la 1ère partie, par contre, je m'amuse bien dans la 2nde partie.

Nous partons ensuite en direct sur Ballon pour casser une graine sur le parking du supermarché (on trouve plus glamour, je sais... mais on n'est pas là pour visiter, nous... ;-))

Nous nous dirigeons ensuite toujours en direct vers la spéciale de Domfront, pour la reconnaitre elle aussi. Celle-là me plait vraiment bien... Après une courte entrée en matière dans 3 ou 4 virages rapides en légère montée, on arrive sur une belle épingle à gauche à 120° qui commande l'entrée dans une montée bien raide en courbe à droite plutôt ouverte. Le revêtement comporte une belle bande d'herbe au milieu, il faut donc négocier correctement cette montée en restant bien à droite le long du fossé. Miss XT me fait arriver là-dedans en première et la remise des gaz en montée, avec le gros poum-poum est un petit moment de bonheur... La suite de la spéciale est toute en virages plus sympathiques les uns que les autres, j'adore notamment la dernière partie avec le grand toboggan qui précède les derniers virages avant la ligne d'arrivée.

Il est 15 heures, nous reprenons la direction de La Suze pour ne pas arriver trop tard aux contrôles administratif et technique. Bien nous en a pris, car manifestement, le contrôle technique s'est un peu éternisé pour les retardataires... Miss XT passe le contrôle technique facilement, je n'ai qu'à ajouter une protection au bout de la tige de frein AR, cool...

Voilà, la bécane est au parc fermé, le païlote peut aller se reposer et prendre un ch'tit apéro pour fêter dignement la journée qui arrive...

La soirée se passe tranquillement avec quelques bonnes rigolades, autour d'une platrée de pâtes bolognaises amoureusement mitonnées par Fred. Merci le cuistot !!

Allez, zou, cépatou, on va se coucher, on a d'la route demain, fô pas arriver complètement crevé au départ du rallye, tout de même...

Samedi 2 avril : l'étape de jour

Vers 6:30, le jour me réveille et je découvre un paddock qui commence à s'animer, les premiers départs ayant lieu à 7:30. Le mien est prévu vers 8:54, j'ai de la marge pour prendre le petit-déj' et me préparer tranquillement. Sur les coups des 8:40, je rejoins miss XT dans le parc fermé, m'équipe en discutant avec les autres concurrents et en regardant ceux qui nous précèdent partir 2 par 2 sur le CH n° 2 qui nous emmène au Bugatti. A 5 minutes du départ, j'entreprends de démarrer miss XT et là, panique, elle ne veut rien savoir et refuse de démarrer... Je m'échine sur le kick, en sueur dans le cuir et je me prépare déjà à prendre le départ en poussant ma moto sur le tapis de chronométrage... A -1 mn, alors que je suis déjà dans le couloir de sortie du parc fermé, elle décide enfin de démarrer... Quelques noms d'oiseaux me traversent l'esprit à son encontre, mais vue la suite de la journée, je les garde pour moi.

Le premier CH se déroule sans accroc, je roule avec Gaël (n° 471) qui est en BM R100 RS et on arrive largement dans les temps au Bugatti. Après avoir pointé, on entre en pré-grille et on a le temps de voir 2 séries avant nous. Ca va vite, très vite en Sport et Top-Sport... Allez, c'est enfin à nous, on avance nos motos dans la voie des stands, on s'équipe et on écoute le briefing du directeur de spéciale qui nous explique qu'on va faire un tour de reco, un tour de chauffe, puis 4 tours de course... Il fait grand beau, la piste est sèche et je me dis que ça va être un vrai calvaire pour ma XT, qui rend au minimum 20 km/h de vitesse de pointe à la moins rapide des autres motos.

Voilà, c'est parti après la reco et la chauffe et je vois le paquet s'éloigner rapidement dès le 1er tour. Je m'applique pour perdre le moins de temps possible, mais les secondes s'ajoutent à mon temps par paquet, à la fin, j'ai 2mn 10s de retard sur le premier... Bon, pas grave, je suis juste ici pour une chose : terminer le rallye sans pénalités et, pour le moment, mon objectif est toujours en vue.

Après la spéciale sur le Bugatti, on a droit à 15 mn d'assistance, pendant lesquels je n'ai rien de spéciale à faire sur miss XT, alors j'attends, comme plein d'autres concurrents. Je pars pour le CH suivant, qui est non fléché et j'ai convenu avec Gaël de rouler cool pour qu'il me rattrape et qu'on roule ensemble sur ce CH qui l'inquiète un peu... Mais, comme il se perd, avec son pote Yohann (BM R100RS aussi, n° 472), j'ai beau attendre en roulant seulement à 50 km/h de moyenne, je ne les vois pas arriver et je repars donc à mon rythme habituel pour ne pas être trop en retard. Je pointe au CH avant la première spéciale avec 4 ou 5 minutes d'avance, tout baigne... Ce CH était plein de routes fort sympathique, si tout le routier est comme ça, ça va être vraiment le pied toute la journée.

Pendant le CH, j'ai rattrapé Nicolas, n° 462, qui était arrêté en pleine cambrousse, à côté de sa XS650. Manifestement, tout allait bien pour lui, par contre, il devait retrouver son pot d'échappement perdu en route... Je le laisse sur place et continue. Plus tard, on le verra arriver au CH avec un pot de nouveau en place et le garde-boue AR de sa XS650 dans le sac à dos... Il est hilare et regrette juste d'avoir accepté le verre du rosé de l'agriculteur qui l'a aidé à ressouder son pot... "J'aurais pas dû accepter le verre de rosé, c'est ça qui m'a mis en retard..." dit-il dans un grand sourire ;-)

Par contre, au départ de la spéciale, l'ambiance est plus morose car il y a eu un accident en side-car (BBr et Gazelle) et tous les concurrents sont dans l'attente de la relance de la spéciale. On passe finalement avec du retard et les zorgas assurent le timing en supprimant la boucle Ballon - Ballon qui devait clore la 1/2 étape du matin.

La spéciale de Courceboeufs se passe plutôt bien pour moi, j'y prends un pied maximum, notamment lors du virage à angle droit à gauche qui commande l'entrée dans la partie la plus sinueuse, j'arrive dedans largement trop vite pour que les ralentisseurs de miss XT m'arrêtent à temps, je suis donc obligé de prendre large, très large et me retrouve dans l'herbe à droite, je remets gaz quand même et quand le pneu AR revient sur le goudron, miss XT me gratifie d'un joli wheeling... Je ne sais pas si c'était joli ou efficace à voir, mais en tout cas, moi je me suis bien amusé sous le casque et n'ai même pas eu le temps d'avoir peur...

Le CH suivant nous emmène à Ballon par des routes toujours aussi rigolotes et il se fait sans trop de problèmes dans les temps. Arrivé à Ballon, je retrouve ma top-assistance qui alimente miss XT en essence en quelques minutes... Merci à eux ! J'emmène miss XT au parc fermé et nous allons manger tous ensemble et boire un café pour patienter jusqu'à l'heure de départ de la 1/2 étape de l'après-midi.

Je repars vers 17:00 et le CH jusqu'à Courceboeufs se passe sans encombres et je m'amuse de nouveau bien dans la spéciale où j'améliore mon temps de 3". Manifestement, rester sur la route plutôt que de burner dans l'herbe au fameux virage à angle droit, ça aide à aller plus vite... Le CH qui m'emmène à Domfront passe aussi à l'aise, j'adore les routes qu'il nous fait emprunter, c'est certainement le plus roulant de tous les CH. On découvre la spéciale de Domfront alors qu'il commence à faire un peu plus sombre, ça ne va pas nous faciliter la vie pour déterminer si le revêtement est plus propre que la veille.

Je ressors de la spéciale avec la banane car j'ai l'impression de l'avoir plutôt bien négociée. En tout cas, je ne me suis jamais senti à la rue, mais peut-être que j'assurais trop... L'épingle à gauche que je négocie en 1ère me permet de profiter du bon gros couple du gromono et c'est un régal que de faire monter le gromono dans les tours en flirtant avec le bord de la route pour rester sur la bonne trajectoire. J'adore aussi dans cette spéciale le toboggan final qui précède la ligne d'arrivée, on se croirait dans les montagnes russes, de nuit, ça va être dantesque !!!

Le dernier CH jusqu'à La Suze est certainement celui où les routes sont les plus "spéciales". Il y a notamment des portions qui auraient pu être fort sympathiques sur le mouillé, vue la couche de terre qui les recouvre... J'arrive à La Suze dans les temps, file ma bécane à mes potes qui sont venus faire l'assistance, on refait le plein, le niveau d'huile et, basta!, elle rentre au parc fermé.

Samedi 2 avril : l'étape de nuit

On prend notre temps pour manger, vu que mon départ n'est prévu qu'à 22:30 et des poussières... Une fois parti, sur le premier CH, je suis complètement à la ramasse, les yeux pas en face des trous... En plus, je découvre qu'avec ma myopie, les kilomètrages deviennent durs à lire en roulant, sur le roadbook et je suis quasiment obligé de m'arrêter à chaque carrefour pour être sûr de la distance du prochain changement de direction. Je rattrape malgré tout Fred (n° 460) et le n° 461, on roule ensemble en profitant de l'addition de nos éclairages, c'est bien cool. A la faveur d'un CP, Fred nous lâche et part tout droit alors qu'il fallait tourner à gauche... On le suit bêtement, mais au bout d'1 km, je fais 1/2 tour et revient au CP pour recaler mon trip et partir à gauche. Je me retrouve donc de nouveau à rouler tout seul et, connement, je lis de traviole mon Vector et m'auto-convainct que je suis en retard... Je roule alors n'importe comment, manque de me perdre à l'approche de la spéciale de Domfront et, finalement, j'arrive au CH pour réaliser que je ne suis pas en retard. C'est bête d'en arriver à stresser comme ça pour rien.

La spéciale de Domfront, de nuit, je ne reconnais rien dedans et j'ai l'impression d'y être à l'arrêt complet. On verra bien si, au prochain passage, ça se passe mieux. Le routier jusqu'à la spéciale de Courceboeufs se déroule sans accroc. Je rattrape Fred et ses 2 poursuivants et on roule de concert, ce qui facilite la vie.

La spéciale de Courceboeufs se passe bien, la série de virages à angle droit, de nuit, est assez technique à négocier, mais je m'en sors plutôt content de moi. Sur le routier qui nous ramène à Domfront, lors d'un passage en forêt en descente, je sors trop large dans un virage à droit, frôle le bord de la route et re-balance la moto bien vers la droite, tellement que je me retrouve, dans le virage à gauche suivant, en train de jardiner dans le bas-côté. Heureusement pour moi, il s'agit d'une entrée de chemin plutôt plate, en terre bien sèche, j'en suis quitte pour un joli dérapage de la roue arrière et j'arrive à revenir sur la route sans encombres. Vu de derrière, c'était semble-t-il très étonnant à voir, comme figure... totalement improvisée, maibon...

Le 3ème passage dans la spéciale de Domfront me donne l'impression de s'être bien passé, en fait, je vais un poil moins vite que le passage précédent. Il ne reste plus qu'un CH à tenir et j'aurai atteint mon objectif : terminer sans pénalités. Je m'astreins à rouler bien propre, même si la fatigue se fait sentir. Avec Fred, on termine tous les 2 ensemble, d'autant que ses Xenons lui ont joué des tours et qu'il a roulé sans, en me suivant, histoire de les recharger.

Voilà, à 3:01, je pointe pour le dernier CH, c'est fini !!! Je suis super-heureux d'avoir atteint mon objectif, d'autant que j'ai eu l'impression que cela avait été plus dur cette année, même si la météo nous a bien aidé...

Un énaurme merci aux organisateurs qui font un boulot énorme, un autre merci à mes 3 potes venus me faire l'assistance et merci aussi à la bande des classiques qui m'a accueilli sur son paddock.

Vivement le prochain rallye !!!

06/04/2011 20:11:57 | Lu : 7565 fois
Valid HTML 4.01 Transitional
Carénage : DesmodroMike & Moteur : VinceLP | Page vue 2 fois ce jour, 87 fois ce mois, 2681 fois cette année